Lymphopoïèse (P. Guglielmi)

Image
Les similarités de la lymphopoïèse des mammifères et des poissons permettent l'identification de patrons de différenciation et de mécanismes robustes conservés au cours de l'évolution. Nous avons établi, chez le Danio, des lignées transgéniques fluorescentes identifiant les lymphocytes B à toutes les étapes de leur maturation, permettant de tirer parti des avantages de ce modèle en termes d'imagerie sur animaux vivants. L'imagerie confocale a permis d'établir que la lymphopoïèse B du Danio se fait selon deux voies principales:
1/ une vague primitive provenant, à partir de 2 jpf, de bourgeons hémogéniques à la surface du sac vitellin et
2/ une vague définitive, dépendante de cellules souches conventionnelles, prenant place dans le tissu hématopoïétique caudal puis dans le rein céphalique.
Nous complétons notre travail d'imagerie par l'analyse du transcriptome des lymphocytes B au cours de leur maturation. Nous cherchons à développer des protocoles d'analyse sur cellules individuelles isolées. Une approche du répertoire anticorps par RNA-Seq complète cette étude.
Axes de recherche

Jusqu’à une période récente, les analyses de la lymphopoïèse chez le Danio ont porté principalement sur la lignée cellulaire T en raison du manque de réactifs et de modèles biologiques spécifiques des cellules B. Nous avons établi des lignées fluorescentes de poissons transgéniques identifiant les lymphocytes B à toutes les étapes de leur maturation, permettant de tirer parti des avantages de ce modèle en termes d'imagerie sur animaux vivants. L'imagerie confocale a permis d'établir que la lymphopoïèse B du Danio se fait selon deux voies principales :

1/ une vague primitive provenant, à partir de 2 jpf, de bourgeons hémogéniques à la surface du sac vitellin et

2/ une vague définitive, dépendante de cellules souches conventionnelles, prenant place dans le tissu hématopoïétique caudal puis dans le rein céphalique.

Ce type d’organisation est parallèle à celle conduisant à la production des lignées lymphocytaires B1 et B2 chez les mammifères.
Nous utilisons ces lignes reportrices pour étudier la différenciation des cellules B dans un contexte où elle se produit principalement dans des tissus non lymphoïdes (une situation qui est voisine de certaines pathologies humaines).


Axe 1 : Précurseurs des lymphocytes B et répertoires anticorps primitifs

Un premier type d’approche mettra un accent particulier sur la caractérisation des précurseurs des cellules B et sur les répertoires anticorps primitifs. Nous réaliserons une analyse du transcriptome de cellules individuelles appartenant aux différents types de lymphocytes B afin de caractériser les signatures moléculaires associées aux diverses trajectoires développementales. Dans une étape de validation suivante, certaines propriétés d’anticorps représentatifs seront testées à l’aide d’immunoglobulines recombinantes chimères.

Axe 2 : Fonction des lymphocytes B du Danio en conditions infectieuses 

Une deuxième série d’expériences consistera en un suivi de l’évolution des fonctions des cellules B au cours de la vie des poissons en situation stable ou lors d’interactions hôte-pathogène. Des modèles d’infections parasitaires (Trypanosoma carassii et Trypanoplasma borreli) de la carpe commune, récemment adaptés au du Danio, et caractérisés par l’activation polyclonale des lymphocytes B et T, rendent actuellement possible ce type d’approche.

Personnes impliquées dans le projet
Collaborations
Publications récentes
Alumni

Responsable


Paul GUGLIELMI
DR2 INSERM émérite 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

LPHI  Laboratory of Pathogen Host Interactions
UMR 5235 - Université Montpellier
Place Eugène Bataillon, Bât. 24, CC107, 2ème étage
34095 Montpellier cedex 5

© 2019 LPHI