Thème 2 - Anne Blanc-Potard

Image
Image

THÈME 2: FACTEURS BACTÉRIENS IMPLIQUÉS DANS LA SURVIE INTRAMACROPHAGIQUE ET STRATEGIES ANTI-VIRULENCE


Responsable : Dr. Anne BLANC-POTARD


Notre objectif est de mieux comprendre la phase intramacrophagique rencontrée par les agents pathogènes extracellulaires, en particulier dans le contexte de la mucoviscidose, et à identifier de nouvelles molécules antimicrobiennes ciblant des facteurs impliqués dans la survie au sein des macrophages.

Les bactéries pathogènes intracellulaires, telles que Mycobacterium tuberculosis ou Salmonella enterica, peuvent se répliquer dans les cellules phagocytaires. En revanche, les agents pathogènes extracellulaires, tels que Staphylococcus aureus ou Pseudomonas aeruginosa, évitent la phagocytose, favorisant ainsi la multiplication extracellulaire. Cependant, une phase intracellulaire peut être importante pour les agents pathogènes dits extracellulaires. Notre objectif principal est d’examiner la fonction et l’expression de facteurs de virulence bactériens spécifiques (MgtC, OprF, T3SS, ExoS ..) impliqués dans un stade intramacrophagique. Nous visons ensuite à déchiffrer le rôle de cette phase intracellulaire dans l’établissement, la dissémination et la persistance de l’infection, en utilisant des embryons de poisson zèbre, représentant un modèle puissant pour l’étude des interactions hôte-pathogènes. Les embryons déficients pour le canal CFTR sont utilisés comme substitut du contexte de la mucoviscidose (Figure 1).

Le problème de la résistance aux antibiotiques de diverses bactéries nécessite le développement de nouvelles stratégies antibactériennes. Nos études sur les facteurs impliqués dans la survie intramacrophagique ont fourni de nouvelles cibles pour des stratégies anti-virulence. Nous avons récemment identifié des peptides hydrophobes bactériens capables de réduire la survie dans les macrophages de Salmonella typhimurium et P. aeruginosa  lors d’une surexpression ou d’une addition exogène. Notre objectif actuel est de déchiffrer les mécanismes d'action de peptides de synthèse d'intérêt et de tester leur activité anti-virulence dans le modèle d'infection du poisson zèbre. A travers des collaborations, nous testons également l'efficacité de molécules inhibant d'autres cibles spécifiques (telles que NADK, T3SS ..) contre P. aeruginosa en utilisant un modèle d'infection des macrophages et un modèle d'infection via le poisson zèbre (Figure 2)

 


LPHI  Laboratory of Pathogen Host Interactions
UMR 5235 - Université Montpellier
Place Eugène Bataillon, Bât. 24, CC107, 2ème étage
34095 Montpellier cedex 5

© 2019 LPHI